St Benedict’s Secondary School

Responsabilité sociale de l’entreprise John L...Chichester College

« Parce que nous avons aidé les étudiants à avoir une plus grande conscience d’eux-mêmes, ces derniers sont en mesure de gérer leur comportement et de résoudre les problèmes. »

St Benedict est une petite école secondaire catholique située au Royaume-Uni. Elle accueille des étudiants de 13 à 18 ans. L’école est considérée comme excellente par le gouvernement britannique. Elle fait systématiquement partie des meilleures écoles du Suffolk pour ce qui est des résultats au diplôme sanctionnant la fin de l’enseignement général et aux examens de la fin des études secondaires. Son rang est aussi élevé à l’échelle du Royaume-Uni. L’énoncé de mission de l’école vise à faire des étudiants des « Chrétiens efficaces dans le monde moderne ». En reconnaissant l’importance unique de chaque étudiant, l’école cherche à garantir que chacun d’entre eux reçoive l’aide et le soutien pour réaliser son plein potentiel.

Le défi

Les explications d’Andy Watts, directeur adjoint : « À l’école, nous sentions que certains étudiants ne réalisaient pas leur potentiel, soit qu’ils étaient démotivés, soit qu’ils avaient un mauvais comportement. Nous voulions réduire le nombre d’indicateurs de rendement négatifs de ce groupe, dont les exclusions externes et internes, les retraits de la classe et les références négatives. »

La solution

L’école a procédé à une étude pilote au moyen des évaluations de Thomas afin d’améliorer le rendement des étudiants sous-performants et le comportement des étudiants dérangeants.

Nous voulions que les étudiants soient plus conscients d’eux. Nous voulions aussi qu’ils assument davantage la responsabilité de leur comportement.

L’étude a été financée par l’école et par le conseil municipal. Six membres du personnel occupant diverses fonctions (dont le professeur d’anglais, le professeur responsable de l’année, le gestionnaire du soutien au comportement et le conseiller aux liaisons) ont été formés à faire passer des tests de Thomas, à en interpréter les résultats et à donner de la rétroaction. Ces tests comprennent l’analyse du profil personnel (PPA), l’évaluation des aptitudes et des habiletés (GIA) et l’évaluation de l’intelligence émotionnelle (TEIQue).

Ont été trouvés comme candidats potentiels à l’étude 63 étudiants de 10e année (4e secondaire). Ils ont été divisés en deux groupes : les étudiants qui présentaient des comportements « difficiles » et les étudiants sous-performants, qui étaient démotivés et se contentaient de se laisser flotter tout au long de leurs études.

Les résultats

« Les évaluations ont eu d’énormes conséquences : ont été réduits de 90 % les exclusions externes et internes, les retraits de la classe et les références négatives. »

« Parmi les étudiants dont le taux d’assiduité était faible, cette dernière a augmenté, et les références positives ont-elles aussi augmenté, il n’y en avait eu qu’une avant les évaluations, et 28 après qu’a été donnée la rétroaction sur les évaluations. »

Le comportement des étudiants a rapidement changé après réception de la rétroaction. Le fait d’aider les étudiants à être mieux conscients d’eux les a habilités à mieux gérer leur propre comportement et à résoudre eux-mêmes les problèmes.

« Par exemple, un étudiant qui était agressif et qui passait beaucoup de temps dans l’unité d’inclusion sociale a transformé son comportement après avoir reçu la rétroaction à propos de son évaluation. Le fait de comprendre les raisons qui motivaient sa colère l’a aidé à modifier son comportement et à se calmer. »

« Un autre étudiant, qui avait tendance à déranger dans les cours de mathématiques et de science, a eu du mal avec l’évaluation de la vitesse et de la précision du GIA. Cela signifiait qu’il trouvait difficile de traiter rapidement les concepts numériques. L’étudiant avait besoin de ralentir et de prendre plus de temps pour assimiler les données numériques. Dès que l’étudiant et ses professeurs ont eu compris la cause de son comportement, ils ont pu s’en occuper plus efficacement, ce qui s’est traduit par une amélioration de son comportement et de ses notes. »

Les rapports de Thomas ont donné aux éducateurs et aux étudiants un langage commun. Les étudiants ont pu parler d’eux en termes réels plutôt qu’en « langage de professeur ». En a découlé, entre les parties, un dialogue plus concret qu’il n’aurait été possible auparavant.

Les résultats montrent que les évaluations de Thomas proposent des avantages incontournables de toute sorte, peu importe le type d’étudiant. Le temps investi à former le personnel (quatre jours), à faire passer les évaluations et à donner de la rétroaction individuellement (une leçon par étudiant) est un bien petit prix en regard des avantages. Les étudiants se sont montrés en grande majorité positifs au sujet de l’expérience et ont trouvé que tout le monde devrait avoir l’occasion de passer par le processus de la rétroaction et développer sa conscience de soi.

Prochaines étapes

« Nous refaisons le processus, cette fois nous faisons passer à nos étudiants actuels de 10e année l’analyse du profil personnel (PPA) et l’évaluation des aptitudes et des habiletés (GIA). Le programme met l’accent sur le développement personnel – il habilite les étudiants à s’améliorer eux-mêmes – et, en conséquence, il améliore la qualité de l’enseignement durant toute l’année. »

Celeste McFarland

Celeste McFarland

Celeste is an experienced marketing professional who joined Thomas in 2015. She specialises in the world of L&D, and is passionate about inspiring people through creativity. Outside of work, Celeste enjoys travelling and the learning that it brings, or spending time with friends and family at her home in Yorkshire.